LLB 17/02/2012

Gilles Toussaint

L’explosion des populations de grand gibier est de plus en plus problématique en Wallonie. La réforme de la législation reste dans les limbes.
Enquête

C’est un grand chantier inachevé de l’ère Lutgen, à l’époque où ce dernier occupait encore le fauteuil de ministre en charge de la Nature et de la Ruralité. Sujet ô combien sensible, la réforme de la législation sur la chasse qui figure en bonne place dans la dernière Déclaration de politique régionale est en effet toujours dans les limbes. Au cœur de ce dossier : la problématique des surdensités de grand gibier - le sanglier et le cerf essentiellement - dont les populations atteignent des niveaux records, drainant dans leur sillage de plus en plus de mécontents.

Les défenseurs de l’environnement mettent en avant les dégâts causés à la biodiversité; les agriculteurs en ont assez de voir leurs cultures ravagées; les sylviculteurs se plaignent des dégâts infligés à leurs plantations victimes d’écorcement ou d’abroutissement. La situation est jugée de plus en plus intenable.

Les spécialistes s’accordent à dire que l’explosion des populations est liée à de multiples facteurs. Certaines législations ont par exemple eu des effets pervers et les événements climatiques de ces deux dernières décennies (tempêtes à l’origine de chablis et douceur hivernale ) ont aussi eu une influence favorable. Mais l’évolution des pratiques du monde de la chasse est également pointée du doigt par ses multiples détracteurs qui reprochent aux chasseurs d’avoir failli à la mission de régulation qu’ils revendiquent et de faire fructifier leur "capital gibier" dans leur seul intérêt. Comme souvent, les dérives de certains occultent malheureusement le travail sérieux réalisé par d’autres.

Le sujet est délicat, disait-on, parce que cette activité traditionnelle s’est largement muée en pure activité de loisir dont la légitimité interpelle une part grandissante de l’opinion publique qui ne perçoit pas toujours bien le rôle - pourtant bien réel - de la chasse dans la gestion des espaces naturels. L’enjeu est également financier car la chasse brasse pas mal d’argent (via les locations de territoires dont les prix se sont envolés) et se trouve au carrefour d’intérêts multiples. Certains agriculteurs sont chasseurs ou louent leurs terres de cultures à des propriétaires chasseurs; certains propriétaires sylviculteurs sont chasseurs ou louent une partie de leurs forêts à cette fin; bon nombre de communes, en particulier en Ardenne, en tirent des revenus substantiels Dans le même temps, le nombre d’"utilisateurs" de la forêt (promeneurs, naturalistes, vététistes, ) n’a fait que s’accroître et se diversifier. Bref, l’ensemble des acteurs du monde rural veut aujourd’hui avoir son mot à dire sur la politique cynégétique. A la demande de Benoît Lutgen, un "Forum Chasse" rassemblant les différents protagonistes a été mis sur pied pour tenter de dégager les options que les responsables politiques seront amenés à trancher. Y sont représentés la Fédération wallonne de l’agriculture, Inter-Environnement Wallonie, l’Union des villes et communes, l’Association des propriétaires ruraux NTF et les associations de chasseurs. Après une longue période de léthargie ces derniers mois, ce forum devrait reprendre ses travaux dans une dizaine de jours. Parmi les sujets prioritaires sur la table : le renforcement des plans de tir au cerf et l’éventuelle mise en place de plans de gestion du sanglier; les mesures d’indemnisation de dégâts provoqués par le gibier; la pratique très contestée du nourrissage artificiel ou encore une réforme des conseils cynégétiques.

En décembre dernier, la justice a de son côté opéré une série de descentes sur des territoires de la région gaumaise où il semble qu’un nourrissage intensif et la mise en place de clôtures illégales transformaient les parties de chasse en séance de tirs aux pigeons. Un rappel à l’ordre qui devrait inciter les responsables politiques à enfin s’emparer du dossier et à adopter les réformes qui s’imposent d’ici la fin de la législature.

La balle est donc dans le camp des acteurs du "Forum Chasse" et de Carlo Di Antonio (CDH) qui a repris les fonctions ministérielles de son président de parti. Au cabinet ce dernier, on nous indique qu’il examine actuellement ces questions et fera très prochainement des propositions.  

Actualités

RSS S'abonner au flux RSS

Espèces de gibier dont la chasse à tir est ouverte en Région wallonne du 16 au 31/01/2018

ICI

Lire la suite

Examen de chasse 2018

Attention : il faut s'inscrire avant le 15 janvier 2018

auprès du DNF – Direction Chasse – avenue Prince de Liège, 15 à 5100 Jambes

·         Par courrier postal recommandé ;

·         Remis à la Direction de la Chasse du DNF à Jambes, contre récépissé 

·         Via le formulaire  d’inscription : 

http://www.chasse.be/files/files/2018-formulaire-inscription-fr.pdf

 

Le RSHCB peut vous aider à bien se préparer avec les cours : ICI  et avec le KIT : ICI

Lire la suite

Licence radio Janvier et Février 2018

Les chasseurs ou les sociétés de chasse chassant le Sanglier en battue en janvier-février 2018 et utilisant à ces fins des radios agréées pour la chasse sont invités à verser la somme de 38 € par licence sur le compte de l'ASBL Wallonne du RSHCB n° BE03 0013 6097  6684 avec la mention très importante du numéro de licence ou d'une des licences déjà reçues en 2017 ou au moins la lettre P et les 4 chiffres la suivant immédiatement dans ce numéro de licence (Exemple : le n° de licence complet 472057890P2249-000/9C3B991A ou, au moins P22479. Le RSHCB vous enverra au plus vite les nouvelles licences.

Lire la suite

Sur le web

Dans les médias

chatauveage 1

La chasse aux chats harets interdite en Wallonie à partir de 2015.

Lire la suite