"Le nourrissage artificiel du gibier sera interdit en 2012"

LLB - Julie Anciaux

Mis en ligne le 23/02/2012

Carlo Di Antonio pose un geste fort pour limiter la surpopulation du grand gibier en Région wallonne. Mais il y aura des exceptions.
Entretien

En Wallonie, la population de sangliers a triplé en une dizaine d’années, pour atteindre les 24 469 bêtes en 2010. Celle des cerfs a doublé : elle est estimée à 12 675 individus contre 6 548 en 1990. La surdensité de grand gibier n’en finit plus de causer des dégâts à la biodiversité, aux terres agricoles et aux forêts du sud du pays. Pourtant, il est bel et bien prévu dans la Déclaration de politique régionale de revoir le décret sur la chasse. Un chantier jamais fini par Benoît Lutgen, l’ex-ministre wallon de la Nature et de la Ruralité. Rencontre avec son successeur, Carlo Di Antonio.

Entendez-vous faire de la révision du décret de la chasse un sujet prioritaire ?

L’explosion du nombre d’animaux fait qu’il fallait réagir. La Déclaration de politique régionale était assez claire, mais les mesures n’avaient pas été prises précédemment. Nous allons commencer par interdire le nourrissage artificiel du gibier en Wallonie. Comme c’est déjà le cas au Luxembourg par exemple.

Y aura-t-il des exceptions ?

Il y a une exception générale sur l’ensemble du territoire concernant le petit gibier, c’est-à-dire les perdrix, les faisans, etc. Là, on pourra continuer à leur donner des graines dans ce que l’on appelle des agrainoirs, un appareillage qui permet seulement l’accès aux oiseaux. Cela s’explique par le fait que les populations sont en diminution.

Pas d’exceptions pour le grand gibier?

Au nord du sillon Sambre et Meuse, l’interdiction de nourrissage artificiel sera totale. Au sud, il y aura deux exceptions. La première est qu’on pourra encore donner du foin lors d’épisodes hivernaux rigoureux. Cela cible l’espèce cerf, qui, si elle n’a pas ce genre de suppléments à l’hiver, va aller ronger l’écorce des arbres. L’autre exception, c’est le nourrissage dissuasif à l’été pour le sanglier. Mais uniquement lorsque les conditions locales l’imposent.

Pourquoi tout de même maintenir ce nourrissage dissuasif ?

Les sangliers ont l’habitude aujourd’hui d’être nourris. La population va se réduire de manière naturelle parce que les animaux vont trouver moins de nourriture, ils auront donc des portées moins nombreuses, plus espacées. Mais en attendant, on est confronté à une population très importante. On permettra donc, quand le responsable eaux et forêts du coin le jugera utile, d’encore faire un peu de dissuasif pour protéger les cultures, mais de manière plus artisanale.

De manière plus artisanale ? C’est-à-dire ?

Le nourrissage ne sera plus tel qu’on le connaît aujourd’hui avec des maïs et des silos. La nourriture sera de l’orge, une céréale de chez nous, qui sera distribuée manuellement, avec des quantités de 25 kilos par 1 000 hectares, c’est-à-dire quelques grains par ci par là.

Ces exceptions sont-elles transitoires ?

Pour les deux ans à venir, je crois qu’il est plus prudent de procéder comme cela. Le jour où l’on aura réduit la population de cerfs, on pourra peut-être abandonner la paille et la luzerne. De la même manière, lorsqu’on aura réduit la population de sangliers, on pourra peut-être mettre fin au nourrissage avec de l’orge. Mais en tout cas, commençons par ça, c’est déjà une révolution.

Justement, à quel seuil va-t-on ramener les populations ?

On ne dit pas qu’on doit revenir à des chiffres de 1990. On a sans doute une capacité d’accueil de la forêt qui est supérieure à ce qu’elle était, grâce aux réserves naturelles et aux zones Natura 2000 entre autres. Mais pas du simple au triple.

Quand l’interdiction du nourrissage entrera-t-elle en vigueur ?

En octobre 2012, pour l’ouverture de la prochaine saison de la chasse. L’avant-projet d’arrêté va partir au Conseil supérieur de la chasse pour avis. L’arrêté devra ensuite être validé par le gouvernement wallon.

D’autres sujets que le nourrissage sont-ils discutés au Forum Chasse (*) ?

Les différents acteurs sont arrivés à un accord sur la réorganisation des conseils cynégétiques et les plans de tir. Ils doivent encore discuter des clôtures et des procédures d’indemnisation aux agriculteurs. Après, on pourra prendre des mesures plus larges...

Comme le décloisonnement de la chasse et de l’agriculture?

Ce qu’on voudrait faire, c’est un véritable code du patrimoine naturel, qui engloberait la forêt et les superficies consacrées à l’agriculture, et qui aborderait l’équilibre faune-flore sur ces territoires. Travailler sur un code du patrimoine naturel est un projet à moyen terme. Il me reste une demi-mandature, il faudra bien ça...

(*) Le Forum Chasse a été mis sur pied pour tenter de dégager les options que les hommes politiques seront amenés à trancher. Y sont représentés les naturalistes, les chasseurs, les agriculteurs et les propriétaires ruraux.

 

Actualités

RSS S'abonner au flux RSS

Espèces de gibier dont la chasse à tir est ouverte en Région wallonne du 16 au 30/11/2017

Synthèse : ICI

Lire la suite

Prolongation de la chasse aux sangliers et modification de l'examen de chasse

Ce jeudi 09 novembre, le Gouvernement wallon a prix deux arrêtés modifiant d'une part les conditions de l'examen de chasse et prolongeant d'autre part la chasse aux sangliers en battue et au chien courant.

Projet AGW examen de chasse : ICI

Projet AGW prolongation chasse en battue au sanglier : ICI

Lire la suite

Demande de licence radio 2017

Les licences pour l'utilisation et la détention des radios portatives durant les périodes de battues 2017(1er octobre au 31 décembre) sont disponibles au Royal Saint Hubert Club de Belgique.

En cliquant ICI vous aurez directement accès au formulaire nécessaire pour l’obtention d’une ou plusieurs licence(s).

Lire la suite

Sur le web

Dans les médias

chatauveage 1

La chasse aux chats harets interdite en Wallonie à partir de 2015.

Lire la suite