« Il faut prendre des mesures urgentes pour diminuer le nombre de sangliers » Willy Borsus

Le 28 octobre 2019

Actuellement, et comme dans de nombreux pays avoisinants, les populations de sangliers sont trop importantes en de nombreux endroits de Wallonie. L’espèce est même présente aujourd’hui dans le nord de la Wallonie, ainsi qu’autour de certaines grandes villes, là où l’espèce était réputée absente il y a quelques années encore. Cette situation entraîne une série de problèmes :

-       dégâts croissants aux cultures agricoles, à la régénération forestière, à la biodiversité et aux propriétés privées (jardins, …) ;

-       risques sanitaires accrus ;

-       accidents de circulation plus nombreux sur les routes (collision avec des sangliers).

 

L’objectif de la réunion était double :

-       mettre en place, là où le sanglier a sa place, un dispositif garantissant des prélèvements suffisants que pour pouvoir maîtriser le développement des populations de sangliers, c’est-à-dire les stabiliser ou les diminuer en fonction des situations locales rencontrées ;

-       éradiquer, à terme, le sanglier là où l’on considère qu’il n’a pas sa place (soit au nord du sillon Sambre et Meuse).

 

Lors d’une réunion très constructive, les acteurs du dossier ont décidé :

-       de poursuivre activement l’effort de chasse sur tout le territoire wallon ;

-       de mettre en place, pour la saison de chasse en cours actuellement, une méthodologie qui sera testée sur les espaces territoriaux des conseils cynégétiques où la densité de population est la plus élevée ;

-       d’évaluer et d’analyser les résultats obtenus, à l’échelle de ces ensembles de territoires, en concertation avec l’administration, les chasseurs, les représentants locaux des agriculteurs et des propriétaires et l’UVCW.  Si nécessaire, d’envisager des contraintes spécifiques pour les mois de janvier et février ;

-       d’étendre cette phase préliminaire à tous les territoires  lors de la saison 2020-2021 ;

-       d’éradiquer à terme la population de sangliers au nord du sillon Sambre et Meuse ;

-       de mettre en place des dispositifs d’évaluation du taux de reproduction local des sangliers ;

-       de disposer d’indicateurs précis d’estimation de la fructification forestière locale ;

-       d’établir un process permettant de collecter des données chiffrées précises de prélèvement en temps réel.

Willy Borsus : « J’ai pu constater l’attitude très constructive et volontaire des représentants des chasseurs. C’est ensemble que nous pourrons atteindre ces objectifs ambitieux mais plus que nécessaires ».

Actualités

RSS S'abonner au flux RSS

PPA - Situation au 13/11/19

Lire la suite

Arrêt du Conseil d’Etat annulant l’ Arrêté quinquennal d’ouverture et de fermeture de la chasse (2016-2021)

Le Conseil d’Etat et la chasse
Maintien des disposition actuelles jusqu’au 30 juin prochain sauf pour :
 

-        La Sarcelle d’hiver

-        L’approche du Canard colvert, Ramier, Lapin et du Renard durant l’heure précédant le lever du soleil et l’heure suivant son coucher

 

Pour éviter le chaos, les effets de l’arrêté annulé sont maintenus jusqu’au 30 juin 2020 sauf pour la chasse à la Sarcelle d’hiver qui est interdite de chasse.

De même, la chasse à l’approche durant l’heure précédant le lever du soleil et l’heure suivant son coucher de certaines espèces dont le Canard colvert, le Ramier ou le Lapin et le Renard est interdite. Mais leur affut (ou « passe » pour le Canard colvert) reste ouvert.

Lire la suite

Des mesures pour maîtriser les populations de sangliers

Les espaces territoriaux des Conseils cynégétiques où il a été prélevé au cours des 5 dernières années, en moyenne 30 sangliers et + par 1000 ha/an, feront l’objet d’une évaluation. Pratiquement, pour ces Conseils, aux environs de la deuxième semaine de décembre 2019, au cours d’une réunion locale rassemblant la Direction du DNF du ressort, le Conseil cynégétique, le représentant local de l’agriculture, de la forêt privée et celui de la forêt publique, il sera décidé si un effort de chasse supplémentaire et obligatoire sera ordonné pour les mois de janvier et février 2020. A ce stade-ci, il n’est pas question d’ordonner pour la saison 2019-2020 un quota minimum pouvant donner lieu à sanction, contrairement à ce que la presse a parfois laissé entendre, mais de fixer cependant un objectif quantitatif idéal à atteindre.


Ces réunions qui, à priori ne devraient pas concerner plus d’ 1/4 des conseils cynégétiques cette année, serviront d’excellent test d’un système à mettre en place pour les saisons à venir sur base de données locales quantifiées et objectivables (prélèvements, estimation des populations, analyse du taux de reproduction et de la fructification forestière).

Par ailleurs, il a été acquis que nous devions tendre vers l’éradication du Sanglier au Nord du sillon Sambre et Meuse, sachant à la fois que l’éradication d’une espèce aussi imprévisible et capable de stratégies comportementales surprenantes fait partie d’une forme de vœux pieux surtout quand on sait que les régions et pays voisins comme la Flandre, les Pays-Bas et la France ne poursuivent pas le même objectif.

Lire la suite

Sur le web

Dans les médias

"Pour réduire les populations de sangliers, les chasseurs proposent un plan ambitieux" (Le Sillon Belge - 09/08/19)  

ICI

Lire la suite