Suivi sanitaire du gibier

buse 3Z0O8972 3500

Analyse des animaux sauvages trouvés morts

Dans le contexte de la gestion d’un territoire, il est parfois très utile de déterminer l’origine de la mort d’un animal sauvage (traumatisme, braconnage, causes infectieuse, parasitaire ou toxique, etc).  Le Réseau de Surveillance Sanitaire de la Faune Sauvage est à votre disposition pour ce type d’analyse. L’examen nécropsique est effectué à la Faculté de Médecine vétérinaire à Liège.  L’autopsie et les analyses complémentaires sont financièrement prises en charge par le projet RW.

Pour le transport, deux possibilités :

  • Soit acheminer directement l’animal à Liège : dans ce cas l’autopsie est réalisée directement et vous obtenez des résultats dans les plus brefs délais ;
  • Soit transmettre l’animal à un centre de collecte.  Certains congélateurs ne sont relevés qu’en fonction de leur degré de remplissage.  Par conséquent,  le délai est inévitablement plus long avant que l’autopsie ne soit réalisée. (http://www.faunesauvage.be/doc/Congelateurs.pdf)

N’oubliez pas de prendre les précautions d’usage pour la manipulation du cadavre (port de gants obligatoire, sac plastic étanche pour le transport et le stockage dans le congélateur) et de transmettre avec l’animal une fiche de renseignements (voir modèle ci-dessous).

Lorsque l’animal est transmis directement à la Faculté, les autopsies sont réalisées endéans les 48 heures ainsi que les examens complémentaires ad hoc (bactériologiques, parasitologiques, virologiques, toxicologiques*, histopathologiques et/ou radiologiques si nécessaire).  Pour des raisons financières, certaines analyses ne sont réalisées que sur des échantillons groupés, ce qui augmente le délai de transmission des résultats.

Nous envoyons ces résultats au chasseur d’où l’importance de transmettre vos coordonnées complètes (n° de tél., adresses électronique et postale).

L’équipe scientifique est  à votre disposition pour toute information complémentaire et vous remercie pour votre collaboration.

Contact :

Département des Maladies Infectieuses et Parasitaires, Bât. B43a, Sart Tilman

Responsable du projet : A. Linden

Equipe de recherche : F. Grégoire,  A. Bodeux et D. Hanrez

Tél/ mail : 04/366.4051 et 4062 - a.linden@ulg.ac.be

Projet de Recherche financé par la Région Wallonne

http : //www.faunesauvage.be

* Les analyses toxicologiques ne sont réalisées que si la suspicion d’intoxication est réelle et que la demande d’analyse est ciblée.  Ces examens ne sont pas financièrement pris en charge par le réseau.

 

Laboratoires désignés pour la recherche de la trichine :

ICI

Actualités

RSS S'abonner au flux RSS

PPA : Le gouvernement wallon élargit la "zone noyau" et prolonge les mesures

Le gouvernement wallon a décidé mercredi de prolonger les mesures prises contre la peste porcine africaine jusqu'au 30 novembre prochain. De plus, la surface de la "zone noyau" a été  étendue de 2.254 ha suite à la découverte de quelques cas viropositifs au sein de la zone tampon.

Toutes les mesures prises pour chaque zone sont prolongées jusqu'au 30 novembre prochain. Un délai rapproché car des discussions sont en cours avec la Commission européenne pour la suite. "Par contre, l'interdiction de circulation en forêt dans les zones noyau et tampon (41.745 hectares) est prolongée jusqu'au 15 janvier."

À ce jour, 377 sangliers ont été prélevés dont 328 dans le périmètre infecté. 167 carcasses se sont révélées viropositives. Ces dernières se concentrent toujours essentiellement autour des villages de Buzenol, Ethe ainsi qu'au niveau du camp militaire de Lagland.

Lire la suite

PPA : AGW accordant la possibilité d'un défraiement pour l'évacuation et le transport vers le centre de collecte des sangliers abattus dans le cadre de la lutte contre la proparation de la PPA

Projet AGW : ICI

Lire la suite

PPA : Situation au 09/11/18

A ce jour, 344 sangliers ont été prélevés dont 296 au sein du périmètre infecté. Parmi ceux-ci, on compte désormais 161 cas viropositifs. 

Lire la suite

Sur le web

Dans les médias

PPA : Les chasseurs passent à l'action

ICI

Lire la suite