Peste Porcine Africaine

Origine

La peste porcine africaine est une maladie virale provoquée par un asfivirus, de la famille des Asfarviridae.
En Europe, elle affecte les porcs et les sangliers. La maladie n’est pas contagieuse pour l’homme.


Symptômes cliniques

Selon la virulence de la souche impliquée, la PPA va se présenter sous différentes formes :

  • forme aiguë : forte fièvre, anorexie, léthargie, désordres hématologiques s’accompagnant d’hémorragies sous-cutanées et d’ictère, diarrhée, mort rapide (2-3 semaines) et taux de mortalité pouvant avoisiner les 100% ;
  • forme subaiguë : symptômes moins intenses, avec un taux de mortalité moindre et la mort survenant dans un délai plus long ;
  • forme chronique : une clinique insidieuse est observée, avec des signes frustes d’une maladie évoluant sur plusieurs mois.

La maladie étant très contagieuse, les symptômes se propagent très rapidement à l’ensemble des porcs d’une exploitation. Chez les sangliers, une forte mortalité est souvent rapportée.


Transmission

Le virus responsable de la PPA est présent dans le sang, les tissus, l’urine, les excréments, les sécrétions et les excrétas des animaux malades. Il est très contagieux et résistant. Il peut dès lors être transmis par les voies suivantes :


  • par voie transplacentaire, les porcelets ainsi contaminés restent porteurs et excréteurs du virus pendant plusieurs mois après la naissance ;
  • par contact direct avec un animal malade (par introduction d’animaux infectés en provenance d’autres exploitations, par contact avec des sangliers dans les exploitations avec libre parcours).La transmission par voie aérienne à très courte distance est possible ;
  • par contact indirect, par l’intermédiaire de personnes véhiculant mécaniquement le virus ou d’équipements ou de véhicules contaminés. Le sang est très infectieux ;
  • par ingestion, lors de distribution aux porcs de déchets alimentaires contaminés insuffisamment chauffés (se méfier des importations illégales de produits à base de viande par des voyageurs);
  • par les tiques infectées du genre ornithodoros (piqûre, ingestion, inhalation). Ce vecteur n’est toutefois pas présent en Belgique.



Traitement

Il n’existe pas de traitement spécifique de la PPA.

 

Vaccination

Il n’existe pas de vaccin contre la PPA.

Actualités

RSS S'abonner au flux RSS

PPA - AGW 20/12/18 : Prolongation de la période de chasse au Cerf (non-boisés, petits cerfs) et au Mouflon + Sangliers: chasses collectives

AGW - Prolongation de la période de chasse au Cerf (Non-Boisés + Petits Cerfs) : ICI

AGW : PPA : Journées de chasse collective : ICI

Lire la suite

PPA - Arrêté Ministériel du 16/01/19 - Levée de l'interdiction de la chasse des espéces gibiers et interdiction de destruction du sanglier dans la partie Nord de la ZOR

Arrêté Ministériel : ICI

Lire la suite

PPA : AGW du 11/01/19 - Les zones tampon et de vigilance élargies

A la suite de la découverte, mardi dernier, de deux sangliers contrôlés positifs à la peste porcine africaine dans la Zone d’Observation Renforcée, entre Meix-devant-Virton et Sommethonne, la zone tampon est désormais élargie à l’ouest de 3.700 hectares sur le territoire compris entre la Nationale 88 (Limes-Gérouville) et la Nationale 871 (Virton-Rouvroy-frontière française). 

Quant à la zone de vigilance au nord du périmètre infecté, et dans laquelle aucun sanglier positif n’a, pour rappel, été trouvé, elle a été étendue de 856 hectares à proximité de la ville de Florenville, ce qui n’entraîne aucune conséquence pour la circulation et les travaux forestiers. Il est, par ailleurs, rappelé que dans cette zone, comme en Zone d’Observation Renforcée, une dépopulation totale des sangliers a été décidée.

Un dispositif de renforcement de destruction des sangliers par piégeage a été mis en place. Un réseau de clôtures supplémentaires est en chantier. Des patrouilles de nuit sont organisées par le DNF en collaboration avec les chasseurs. 

AGW : ICI

Lire la suite

Sur le web

Dans les médias

La Peste Porcine Africaine a déjà coûté 1,7 millon à la Région wallonne (L'Echo 14/12/18)

Lire la suite